Informe | Sensibilise | Eduque – Image après image

Acteurs du changement

« Tout groupe humain prend sa richesse dans la communication, l’entraide et la solidarité visant à un but commun : l’épanouissement de chacun dans le respect des différences ».

Françoise Dolto

Le travail d’éducation et de sensibilisation massive de R4C porte des fruits tangibles et un soutien, direct et indirect, à l’action des ONGs mobilisées dans la lutte pour l’abandon de l’E/MGF et de la pratique des mariages précoces.

Ces dernières décennies, les acteurs qui s’emploient à en mettre fin se sont appuyés sur l’évolution de la perception de ces pratiques et des dynamiques sociales qui conduisent à leur abandon.

D’une manière générale, le soutien apporté aux MGF/E est en baisse, même dans les pays où elles sont quasi généralisées comme l’Égypte et le Soudan.

Dans presque tous les pays présentant une prévalence moyennement élevée à très faible, le pourcentage de filles et de femmes indiquant souhaiter que ces pratiques perdurent a régulièrement diminué.

Les données montrent que les MGF/E sont de moins en moins courantes dans un peu plus de la moitié des 29 pays d’Afrique concernés.

Malgré quelques exceptions, leur recul est particulièrement net dans certains pays présentant une prévalence relativement faible à très faible.

En ce sens, le chemin entrepris, bien qu’encore long, est clairement tracé.

PageFBWaogrBurkina

Il n’en demeure pas moins qu’aujourd’hui plusieurs millions de fillettes sont encore victimes de mutilations. Malgré les tentatives menées depuis près d’un siècle pour les éliminer, les pratiques traditionnelles de MGF/E perdurent dans les pays sources et  dans les régions où elles sont relativement récentes et liées à l’immigration.

Pour promouvoir l’abandon des MGF/E, il est essentiel de produire et de partager des informations rapides, fiables et comparables.

En réponse à ce constat, la médiatisation de l’E/MGF doit à la fois s’amplifier et s’approfondir car l’indifférence, la désinformation et les croyances qui règnent dans beaucoup de pays constituent le défi majeur à l’éradication de ces pratiques.

Cf. Rapport de l’Unicef – Aperçu statistique et étude de la dynamique
des changements (2013)

D’une façon complémentaire à/ et en collaboration avec d’autres acteurs, R4C apporte sa contribution pour que cette nouvelle réalité, celle des jeunes non mutilées, se généralise à d’autres villes, villages et communautés d’Afrique et du monde entier.

Rejoignez-nous et contribuez, vous aussi,

au changement pour le respect

de plusieurs millions de femmes!