Informe | Sensibilise | Eduque – Image après image

Campagnes de sensibilisation

« Je m’oppose à la violence parce que lorsqu’elle semble produire du bien, le bien qui en résulte n’est que transitoire, tandis que le mal produit est permanent.»

Mohandas Gandhi

Depuis sa création, R4C a contribué à de nombreux projets médiatiques au Burkina Faso, Mali, Sénégal, Togo, Djibouti et au Kenya.

Chaque campagne d’information, d’éducation et de sensibilisation trouve son sens et puise sa force dans quatre prérequis qui, ensemble, contribuent à son succès:










Seulement dans ces conditions, toute action d’information et/ou de sensibilisation pourra aboutir à des résultats positifs et tangibles.

Dans ce cadre, un acteur tel que R4C trouve un terrain fertile facilitant la collaboration avec les media nationaux et les maisons de productions locales et favorisant le changement des comportements par les parties de la population concernées.

femme avec foulard tete

L’exemple du Burkina Faso

Au Burkina, R4C a développé durant 5 ans de nombreuses campagnes s’appuyant sur des stratégies diversifiées et innovatrices.

Parmi les actions menées et résultats obtenus par R4C :

  • « Tentes à paroles » 6j/7j dans les marchés de Ouagadougou pendant 2 années ; espaces protégés qui accueillirent 2500 personnes par mois, où les femmes exprimaient en confiance leurs souffrances (physiques, psychologiques, émotionnelles, sexuelles et relationnelles) et découvraient le lien avec la pratique de l’excision. La prise de parole toujours encadrée par l’équipe locale de R4C dûment formée à l’écoute et à l’accueil des personnes et des victimes. Les tentes devinrent alors des espaces d’autonomisation et de renforcement des capacités d’expression des femmes par rapport à des sujets tabous et dans un pays où celles-ci sont privées d’un tel droit. 
  • Campagnes de sensibilisation et d’information radio et télévision (spots & émissions identitaires/communautaires) basées sur les témoignages recueillis sur les marchés, dans les communautés locales, auprès de leaders d’opinion, d’artistes engagés dont 6 émissions de 26’« plus de lame plus de larme », spots du grand Cheik Al Qadrawi et du Mogho Nabab Empereur des Mossis et le dernier clip « Tombe la lame » du célèbre rappeur Smockey  leader du Balai citoyens de la révolution burkinabé.
  • La boîte à images pédagogique « Pour mettre fin à l’excision » avec quatre véritables excisions sur des enfants de 3 à 13 ans. Cet outil audio-visuel montre les conséquences physiques de l’excision et regroupe des spots, des clips et des films de sensibilisation grand public ainsi que des témoignages divers. DVDs distribués au Sénégal, au Mali, au Togo, à Djibouti, au Burkina Faso et au Kenya.
  • Le reportage sur l’excision de 28 fillettes dans le village de Nobéré, réalisé par R4C en août 2013 lors des faits. Ce reportage, réalisé conjointement par RTB et R4C, fut rediffusé à de nombreuses reprises en prime time par les journaux télévisés nationaux ; Le suivi médical, le rapport sur le procès par le procureur et les réactions à la sortie de prison des parents et villageois inculpés a fait l’objet d’un second reportage qui a pu être projeté en salle devant ministres, personnalités et ONG militantes anti MGF lors de la réunion du Comité Inter Africain (CIAF) fin avril 2014 à Ouagadougou.
  • Projets innovateurs :
  1. Etude de mesure des taux de prévalence (0-14ans) sous la supervision d’éminents professeurs du CHU Yalgado de Ouagadougou ;
  2. Etude juridique sur l’application de la loi réalisée par de hauts magistrats engagés. L’objectif : faire ressortir la pédagogie de la sanction sous forme de spots et de vidéos intégrant des interviews d’exciseuses en prison, de parents ayant purgé leur peine, etc
  3. Projet pilote de réparation psychique et de pardon intergénérationnel. Un groupe de femmes autonomes guidé par un psychologue bénévole ont fait ce travail personnel et collectif de réparation psychologique afin, dans un second temps, de se rendre au village et encadrer les femmes et les fillettes de la communauté dans un processus de réparation psycho traumatique et de pardon intergénérationnel.

Émission de télévision

« Plus de lames plus de larmes » – n° 1